Dynamisme commercial, rétention en hausse et liquidité solide malgré l’impact du durcissement des mesures sanitaires sur le chiffre d’affaires

Elior Group (Euronext Paris – ISIN : FR 0011950732), un des leaders mondiaux de la restauration et des services, publie son chiffre d’affaires non audité au 31 décembre 2020, pour le 1er trimestre de l’exercice 2020-2021.

Philippe Guillemot, directeur général d’Elior Group, commente : 
« Dans un environnement instable qui anime notre quotidien depuis bientôt un an, adaptation, agilité et proactivité rythment la vie de notre organisation. Face à cette situation, nous demeurons plus que jamais vigilants, mobilisés et tournés vers l’avenir. Ainsi, nous maintenons une attention toute particulière quant à la gestion de notre trésorerie et continuons à appliquer une discipline stricte dans la maîtrise de nos coûts. De même, nos équipes sur le terrain maintiennent un niveau de mobilisation exemplaire et continuent d’appliquer une grande rigueur dans la gestion et la renégociation de nos contrats, renforçant ainsi davantage les liens avec nos clients. En parallèle, nous entrons maintenant dans une nouvelle étape de notre transformation en accélérant le déploiement de nos nouvelles offres de restauration innovantes chez nos clients pour répondre à l’évolution de nos métiers et aux nouvelles attentes de nos convives.
Le premier trimestre de notre exercice 2020-2021, entamé début octobre, est resté difficile pour le secteur de la restauration collective faisant face à de nouvelles vagues de l’épidémie dans de nombreux pays. Cette situation a entrainé une baisse de notre activité par rapport au quatrième trimestre de l’exercice précédent qui s’est accélérée en décembre. Et même si les campagnes de vaccination entamées récemment à travers le monde sont porteuses d’espoir, la relance de l’activité économique reste tributaire de l’ampleur d’éventuelles nouvelles vagues de contamination et les mesures sanitaires associées pour les endiguer. 
Pour autant, notre groupe est désormais structuré pour faire face au monde contraint que nous connaissons. Le rebond attendu en sortie de crise et les revenus supplémentaires générés par nos nouvelles offres nous permettront de revenir à un niveau de croissance solide et d’améliorer nos marges d’avant crise. »