Interview de Philippe Guillemot, directeur général d’Elior Group

Faire d'Elior Group un champion des métiers de la restauration

Au moment de votre arrivée, quel état des lieux avez-vous fait?

Philippe Guillemot

J’ai rejoint un groupe aux activités équilibrées, bien positionné sur ses marchés, avec des fondamentaux sains. Le taux de rétention atteint ainsi 93% en restauration collective et services, malgré la sortie volontaire de certains contrats et une forte concurrence. L’exercice 2016-2017 présentait un certain nombre de défis opérationnels à relever, particulièrement concentrés au second semestre, comme l’effet calendaire exceptionnellement défavorable en restauration collective ou le renouvellement d’une partie significative du portefeuille de contrats sur autoroutes en France. La mise en place d’une grande discipline dans l’allocation de nos ressources est une priorité si nous voulons réellement transformer l’entreprise et poursuivre sa croissance là où nous le souhaitons.

Quel pays est le plus emblématique de cette dynamique?

Le Groupe a poursuivi sa politique de croissance externe aux États-Unis, avec de multiples acquisitions. Ils constituent désormais le deuxième pays le plus important pour le Groupe, avec 19% du chiffre d’affaires, derrière la France et devant des territoires historiques comme l’Espagne et l’Italie. Nous allons mettre en place les structures, les équipes et les outils nécessaires pour préserver notre croissance organique soutenue, en ciblant par exemple les principaux aéroports américains ou des marchés de niche comme le pénitentiaire. Au Royaume-Uni, Elior Group occupe désormais la quatrième position sur le marché de la restauration collective, grâce à un développement commercial continu et à une petite acquisition dans le secteur de l’enseignement. Enfin, Elior Group a fait son entrée sur le marché indien avec l’acquisition simultanée de deux sociétés de restauration collective en entreprise, créant ainsi l’un des trois principaux acteurs sur ce marché.

Hors acquisitions, quels sont vos principaux investissements?

La transformation technologique et la modernisation des systèmes d’information à l’échelle du Groupe a fait l’objet d’un plan d’investissement de plusieurs dizaines de millions d’euros sur la période 2016-2020. C’est un chantier essentiel pour une croissance pérenne, dont les fruits restent à venir. Les budgets opérationnels correspondants augmentent progressivement, et plusieurs aspects de nos activités devront en bénéficier: relation clients, gestion des sites, reporting financier et opérationnel, sécurité des systèmes et des données personnelles… L’analyse des données et le digital seront également des facteurs clés pour améliorer notre croissance et notre productivité.

Quelles sont vos priorités pour l’exercice 2017-2018?

Après être allé à la rencontre des équipes sur le terrain et de nos clients, je préciserai d’ici le mois de juillet notre ambition à long terme en matière de croissance et de performance économique. La transformation vers plus de pertinence et d’attention portée aux convives et aux clients, vers plus d’efficacité opérationnelle, par des projets ciblés et déclinés dans la durée, sera à l’agenda. Je suis convaincu que nos marchés, y compris les plus matures, offrent de nombreuses opportunités, si nous adoptons la bonne approche pour gagner en compétitivité. Je compte sur notre capacité à combiner une qualité d’exécution hors pair et un esprit entrepreneurial déjà largement démontré pour faire d’Elior Group le restaurateur de référence, un champion des métiers de la restauration encore plus fort et reconnu.